lundi 11 décembre 2017

LES DEGATS D'UN AEROPORT….

Il y a quelque chose qui cloche, ma parole… Comment la bonhommie, sans craindre le ridicule, ose-t-elle disputer la paternité de l’Aéroport International AIBD à Maître Wade ?  

Comme s'il ne suffisait pas de s'occuper des prochains déboires que cette précipitation aveugle pour son inauguration va immanquablement engendrer….

L’une de ses têtes de turc, Madiambal Diagne, finit même par piéger leur chef de file, le bonhomme président Maky Sall dans sa frénésie de diatribes.. quand notre tonitruant affidé affirme sans tressaillir que «Déjà, à quelque 70% de réalisation de l’ouvrage, à coups de divers avenants au contrat, le coût laissé par les équipes de Karim Wade était à 365 milliards de francs Cfa.»

Vous avez bien lu Karim Wade. Encore Karim, Toujours karim Wade ?

Cependant que jusqu’ici il était question dans la bonhommie que Me Wade n’avait réalisé que 25%  de l’infrastructure...

Ainsi, à force de verser dans l’exubérance, la bonhommie s’emmêle les pinceaux allègrement. 

vendredi 8 décembre 2017

DUR, DUR D'ETRE SOBRE !

Habitude du berceau dure jusqu'au cercueil. .Ne dit-on pas ?

Le régime du bonhomme président Maky Sall en a une de sacrément vicieuse…

Déjà, la malheureuse polémique sur la fortune supposée du garçon Karim Wade avait annoncé la couleur de ce penchant pernicieux  de la bonhommie aux exubérantes surenchères…

Du coup, il nous habitue, depuis son avènement, à une drôle de situation très désespérante, celle du flou financier…

Combien a réellement coûté le centre de conférences Abdou Diouf à Diamniadio ?

Combien a coûté l’aéroport international Blaise Diagne de Diass ?

Combien va couter le fameux TER ?

La liste est loin d’être exhaustive… l’échangeur Aliou Sow de la Patte d’Oie en fait également partie…

Il est certainement difficile d’être vertueux mais en quoi ca devrait-il être le cas pour la sobriété ?


Oui, ils nous ont raconté des balivernes…et le pire est qu’il n’y a jamais cru !

dimanche 3 décembre 2017

ET SI CE N'ETAIT QUE PARESSE !

La pandémie du sida tue officiellement et annuellement 2200 personnes au Sénégal dans une cohorte de 41000 séropositifs.

Il n y a pas lieu de s’auto glorifier de ces chiffres confortés par le très faible taux de la prévalence en comparaison avec d’autres contrées africaines.

Parce que, officieusement, le chiffre est beaucoup plus important. Il y a cette forte disparité entre les prévalences régionales d’une part et d’autre part ce vaste désert médical, le sous-équipement de nos structures de santé mais aussi la cherté des soins..etc...

Et puis de toute façon, toute riposte non cordonnée à l’échelle continentale a peu de chance d’être réellement efficace.

Mais le révoltant de la situation catastrophique causée par la pandémie du sida en Afrique tient davantage à l’inertie de la recherche médicale, non pas seulement la paresse intellectuelle qui a fini, du reste d'irradier tous les segments vitaux de nos Etats au profit de la jouissance immédiate mais plus aberrant encore, le déni des legs historiques, notre fonds culturel.

Une piqûre de rappel : toutes les initiatives notables, au Senegal, en vue de nous réconcilier avec notre "génie" thérapeutique portent la signature de toubabs : les professeurs Pousset ( jardin des plantes médicinales de Madesahel), Kerharo ( livres sur la pharmacopée sénégalaise) et Mlle Pares (Hôpital Traditionnel de Keur Massar) sans oublier le pionnier, Père Berhaud (Flore du Senegal). 

Et donc quelles que soient par ailleurs les insuffisances du projet de loi portant organisation de la médecine traditionnelle, nos braves médecins sont très mal inspirés de vouloir jeter le bébé avec l'eau du bain. 

Comment pouvons nous nous satisfaire  - et jusqu'à quand - de cette position d’éternels consommateurs finaux de la recherche d’ailleurs, des produits pharmaceutiques étrangers ?

Est ce à dire que nos pharmaciens, nos médecins, nos guérisseurs traditionnels mais surtout notre pharmacopée comptent pour du beurre ?

Il est vrai que la place de la recherche dans le processus de développement de nos pays reste encore à inventer. Les infrastructures de l’ISRA ont été dramatiquement démantelées….

Peut être qu’il faudrait songer, à nouveau, à rappeler l’assistance technique étrangère ? 


La recherche n’a rien avoir avec ces voyages de plaisance….