mardi 12 septembre 2017

VIATIQUE...

de la part du pole Ahmed Tidiane Cherif...

« Après la mention du Nom de Dieu, Sa louange et le salut sur le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), que la paix soit sur vous ainsi que la Miséricorde d'Allah et sa Bénédiction.

Ensuite, je vous recommande ainsi qu'à moi-même de préserver les commandements de la parole prophétique suivante :
« Il existe trois causes de salut et trois causes de perdition :
- Quant aux causes du salut, elles sont la crainte d'Allah (Taqwa Allah) en secret et en public, la parole véridique dans l'agrément comme dans la colère, et toujours cheminer vers le but que ce soit dans la richesse ou dans la pauvreté.
- Quant aux causes de la perdition, elles sont une avarice obéie, une passion suivie, et l'autosatisfaction de son opinion ».

Et sa parole (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui dit :
« II n'y a pas en dessous de la voûte céleste une divinité adorée en dehors d’Allah plus grande qu'une passion suivie ».
Et sa parole (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui dit :
« Fais partie du bel Islam de quelqu'un de délaisser ce qui ne le concerne pas ».
Et sa parole (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) qui dit :
« Ne souhaitez pas la confrontation avec l'ennemi et demandez à Allah le salut et si vous tombez face à l'ennemi alors patientez ».
Même si cela concerne la lutte dans le sentier de Dieu pour combattre les mécréants, à notre époque-ci il concerne aussi la nécessité d'être indulgent face aux maux provenant des gens.


Celui qui désire par son cœur provoquer du mal à autrui, Allah dirigera ces personnes contre lui de telle manière qu'il ne pourra rien faire contre eux. Le serviteur doit demander à Allah la sauvegarde de sa propre personne afin de ne pas provoquer les maux des gens et leur discorde.
Si leurs maux l'atteignent sans cause préalable de sa part, l'idéal est de rendre le bien en échange de leur mal, s'il n'en est pas capable qu'il soit indulgent, car le pardon éteint les feux de la discorde.
S'il n'en est pas capable, il doit alors patienter face au déroulement du destin et ne doit pas répondre à leurs torts. Si les feux de leurs maux s'attisent qu'il se défende de la plus belle manière, avec douceur et bonté, si cela n'aboutit toujours pas il doit fuir si possible et quitter le lieu.
S'il trouve des difficultés à partir et n'en trouve pas la force, qu'il se défende le moins possible contre les dommages qu'il a subis.


Qu'il fasse cela en apparence tout en multipliant ses supplications envers Allah en lui demandant secrètement d'ôter ces maux qui s'abattent sur lui, avec endurance, jusqu'à ce qu'Allah lui apporte le soulagement. Toutes ces étapes évoquées sont recommandées par la science.

Gare puis gare à celui qui subit le mal des gens de répliquer par le mal à cause de son tempérament impulsif, des ténèbres de son ignorance et de son amour propre, car celui qui agirait de la sorte, même s'il est injustement traité, il se verra inondé par l'océan malfaisant des créatures et il aura mérité ainsi la perdition dans ce bas monde et l'au-delà.

C'est la punition en conséquence de son détournement vis-à-vis d'Allah depuis le début, car s'il s’était réfugié auprès de Lui en l'évoquant avec humilité et lui présentant ses plaintes, reconnaissant ainsi sa propre impuissance et sa faiblesse, Allah aurait enlevé le préjudice des créatures sans cause, ni contrariété ou Il les aurait distraits par des préoccupations les rendant impuissants.

Ou encore il aurait fait descendre sur ce serviteur son entière douceur ou sa belle patience lui permettant de faire face à ces tourments par ces qualités citées jusqu'à ce qu'Allah lui accorde le soulagement, de cette façon, il sera récompensé dans ce bas monde et dans l'au-delà.

Sa récompense dans ce bas monde sera la meilleure des fins et la manifestation de sa victoire sur les créatures, tel qu’il est prédestiné. Quant à sa récompense dans l'au-delà ce sera l'acquisition de ce qui dépasse son espérance conformément à la promesse d'Allah accordé aux patients.

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit :
« Et la très belle promesse de Ton Seigneur sur les enfants d’Israël s’accomplit pour prix de leur endurance », (Sourate 07 Al Araf, verset 137).
« Ô les croyants ! Cherchez secours dans l’endurance et la prière, car Allah est avec ceux qui sont endurants », (Sourate 02 La vache, verset 153).
« Et si vous punissez, infligez une punition égale au tort qu’on vous a fait. Et si vous endurez, cela est bien meilleur pour les patients », (Sourate 16 Les abeilles, verset 126).
« Quiconque craint et patiente, très certainement Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants », (Sourate 12 Joseph, verset 90).
Et ainsi de suite en tant que versets.

Et du fait que les gens ne donnent pas de considération à ce que nous avons évoqué, tu les verras perpétuellement dans une grande souffrance, subissant leurs maux mutuellement.
Ainsi, ils succombent à la grande perte dans ce bas monde et dans l'au-delà excepté pour celui qui a pour don la grande préservation Divine. Quant aux communs, ils ne voient dans la manifestation des maux que l'image de celui qui les provoque, vu leur éloignement d'Allah et de Ses prescriptions.

Ainsi, ils se lèvent pour affronter ces maux à travers leurs propres puissances, leurs ruses, sous l'emprise terrible de leurs ego. Par conséquent, ils ne cessent de subir les maux et ils sont pour toujours prisonniers des châtiments.
Certainement, l'intelligent et le raisonnable, en subissant un mal particulier de la part des gens, ne voit en cela qu'une Théophanie Divine à laquelle personne ne peut faire face, sauf avec un appui Divin.


Son action et sa raison l'orientent à fuir vers Allah et à trouver asile auprès de Lui, tout en persistant dans l'invocation et en reconnaissant sa propre impuissance et sa faiblesse.
Il s'immunise avec la protection Divine pour affronter sa créature. Sans aucun doute, ceci éloignera de lui les maux sans grande difficulté et même si les feux de ces maux s'enflamment sur lui, ils ne peuvent lui porter atteinte puisqu'il prend refuge auprès d'Allah. Celui qui s'attache à Allah personne ne peut le dominer.

Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dit :
« Et quiconque craint Allah, il lui donnera une issue favorable, il lui accordera ses dons par des moyens sur lesquels il ne s’attendait pas. Et quiconque place sa confiance à Allah, Il lui suffit », (Sourate 65 Le divorce, verset 02 et 03).

Cette porte que nous venons d'évoquer, tout le monde en a besoin à notre époque, celui qui perdure dans ce cheminement aura le succès dans ce bas monde et dans l'au-delà et celui qui s’en éloigne, Allah le délaissera à lui-même, il fera face aux maux par sa propre force et sa ruse, par conséquent il est complètement perdant à court et à long terme. Tout ce que nous avons évoqué sur ce sujet est suffisant.

Ensuite, attachez-vous à remercier pour les bienfaits qui vous viennent d'Allah qu'il y ait une cause ou qu'il n'y en ait pas et le remerciement se fait par l'obéissance à Allah s'il est possible de la faire dans sa totalité, sinon ce qui est entaché est meilleur que ce qui est complètement noir.

Le plus bas degré du remerciement est celui de la langue et il n'y a pas une plus grande paresse que celle de ne pas être capable de le faire par ce moyen, de plus cela doit se faire par les formules de remerciement les plus complètes. Le plus haut degré dans le remerciement de la langue est la récitation de « La Fatiha » afin de remercier Allah pour ses dons.

Il faut mettre l'intention, lors de la lecture, de Le remercier pour tous ses bienfaits octroyés qu'Allah a dans Sa science, que cela soit apparent ou caché, palpable ou abstrait, connu par le serviteur ou ignoré de lui, immédiat ou à venir, ancien et récent, durable et passager et avec cette intention il récite la quantité qu'il peut d'une à cent fois la Fatiha.

Celui qui fait cela, Allah l'inscrit parmi les reconnaissants et sa récompense sera l'augmentation des bienfaits Divins à son égard qui sera proportionnel à sa station, ceci conformément à Sa promesse véridique.

Il y a beaucoup de formules intégrales pour le remerciement, je ne vais pas m'attarder sur cela parmi elles cette Parole prophétique qui dit :
« Je ne peux pas Te rendre hommage. Toi seul est capable de faire Tes propres louanges »>.

Ainsi que cette invocation :
« Ô mon Dieu ! à Toi la louange et à Toi le remerciement autant que l'ensemble de Ta Science peut cerner de Tes attributs et de Tes noms et de Tes louanges par lesquelles Tu t'es loué Toi-même par Ta propre Parole, et par lesquelles t'ont loué chacune de tes créatures, avec toutes les expressions de louange par lesquelles Tu t'es évoqué Toi-même et par lesquelles t'ont évoqué l'ensemble de tes créatures et à la dimension de ce que cerne Ta Science et pour tous les bienfaits à mon égard que Ta Science englobe ».
Ceci est une louange qui englobe toutes les formes de remerciement qui s'étend à l'ensemble des bienfaits.


Je mets en garde toute personne à qui Allah accorde un bienfait d'en faire usage dans ce qu'il n'agrée pas tel que l'achat de vin et le fait de succomber à la fornication, de l'utiliser pour l'usure ou pour s'accaparer le pouvoir et la puissance en vue de nuire aux musulmans, versant leur sang, confisquant leur bien, et portant atteinte à leur honneur ou même le moindre préjudice.

Celui qui agira de la sorte avec Ses bienfaits, Allah l'en privera et l’exposera à sa colère et son abomination, et si celui-là ne se rend pas compte de la privation d'Allah, c'est alors le signe qu'il fait partie de ceux sur qui s’abat le courroux d'Allah et le mécontentement d'Allah sera sur lui dans ce bas monde et dans l'au-delà.

Quant au bienheureux, il se rend compte de la privation d'Allah et il sait que c'est la punition contre ses agissements, il craint alors l'imminence du châtiment et son cœur est mis en garde vis-à-vis d'Allah…»

jeudi 7 septembre 2017

TORTURE MORALE...

Le colonel Diouf, chef de protocole du Haut-Commandant de la Gendarmerie réfute les accusations de tortures portées contre les éléments de la brigade de gendarmerie de l’Aéroport par des citoyens sénégalais venus manifester leur solidarite à un frère africain en instance d’expulsion de « chez lui ».

A travers ses paroles, force est de constater, bien évidemment sauf le respect de l’uniforme qui couvre son corps, que le colonel, comme beaucoup, a gravi les échelons sans jeter un œil par derrière ses épaules….donc pour rien…sans rien… 
Comment peut-on presenter les preuves de la torture qui a cours dans les brigades de gendarmerie ?

Vous en voulez encore alors qu'il  y a toutes ces morts toujours non élucidées dans vos brigades à la faveur de gardes à vue qui ne se justifiaient guère !
La pire des tortures, elle est morale, mon colonel, BETE, MECHANTE, INSIDIEUSE et SOURNOISE ! 
SANS PREUVES MATERIELLES...Et beaucoup de vos subordonnes s’y adonnent à cœur joie. 

Saviez vous, mon colonel, qu'il regne le népotisme le plus abject dans vos brigades ? Le mensonge le plus ignoble d'un parent d'un gendarme devient la plus éclatante vérité !

Demandez au bandit Ismaila Ndiaye de la DSCOS de Pikine et sa bande de voyous... 
A tel point que l’on résiste difficilement à la tentation d’y voir une mentalité, mentalité gendarme ( ?), faite d’un savant mélange d’ivresse masochiste que donne l’uniforme, d’envie sadique de piétiner tout ce qui fait face, de frénésie à rabaisser impitoyablement toute fierté, à coucher méchamment  tout ce qui est debout ! 
Et nous comprenons parfaitement mon colonel que vous n’y pouvez absolument rien car c’est une question de système qui s'est laissé pervertir depuis le berceau par l'instrumentalisation des politiciens et dont vous n’êtes qu’un contenu, un élément comme vous dites dans votre jargon.

Mais cela n’excuse pas vos paroles, mon colonel, car le prophète Mohamed (p.s.l) disait que la première étape de la sagesse est le silence, malheureusement hors de portée du vulgaire. Du silence pudique requis en pareilles circonstances, ex minima, davantage d'un chef... à défaut de la parole apaisante et conciliatrice.
Ou si, peut-être, vous pouvez changer en recrutant des européens dans la troupe !
Les gendarme européens sont, au moins, courtois envers leurs concitoyens…

mardi 5 septembre 2017

Je SUIS ROHINGYA...


Un prix Nobel de la paix peut-il en cacher un autre ou est-ce plutôt qu’il faille relever la légèreté qui a prévalu au choix de Aung Suu Ki à cette éminente distinction ?
En l’occurrence, il faut reconnaître qu'il ne se trouvera aucune personne éprise de paix à ne pas avoir versé une larme de compassion devant les misères faites à la bonne dame.

C'est tout de même sidérant de constater que les leaders du tiers-monde valident toujours ce célèbre postulat du Président Lincoln : Maintes personnes résistent admirablement à l’adversité mais deviennent fous furieux dès qu’on leur confie argent ou pouvoir.

Nous retenons simplement que l’islamophobie latente jusqu’alors en cours en Birmanie s’est éclose en plein jour à l’avènement à la magistrature de suprême de son pays de cette opposante politique emblématique à la dictature militaire.

Ainsi, la montagne a accouché d’une souris et l’histoire a pondu d’un monstre froid – une femme qui plus est !-dont le fanatisme génocidaire ne s’embarrasse guère de fioritures.   

La misérable Aung Suu ki, cruel retournement de la situation, parraine aujourd’hui dans une quasi indifférence générale de la communauté internationale une des plus violentes agressions meurtrières contre les musulmans de son pays, les Rohingyas.

Je suis charlie, Ich bin ein Berliner, I am a Londoner…. Qui souffrira, maintenant, d’être Rohingya ?

Catastrophe, même pas leur coreligionnaires !